Suivi du rouget barbet de roche (Mullus surmuletus) par les pêcheurs professionnels

Pour mieux comprendre la dynamique de la population dans le Var

 

Un an après la mise en place du suivi des populations d’oursin, les pêcheurs du Var, en association avec Planète Mer et le CDPMEM Var, mettent en place un suivi sur le rouget barbet de roche (Mullus surmuletus) dans le cadre du programme PELA-Méd. Selon les connaissances empiriques des pêcheurs, le rouget de roche est une espèce qui se porte bien avec des fluctuations annuelles qui seraient liées à des migrations et dynamiques de populations qui ne sont pas encore bien comprises dans les eaux varoises. Mettre en place une évaluation et un suivi de la population de rouget alors qu'elle se porte bien est pertinent pour deux raisons : l’évaluation permet de tester un protocole et un suivi qui puissent être généralisés à d’autres espèces de téléostéens (poissons vertébrés) à long terme et permet ainsi d’alerter au premier effondrement éventuel de la population.

 

Dans le cadre de PELA-Méd, les pêcheurs devront collecter de multiples informations lors de leurs sorties de pêche au cours de l'année. Ils devront renseigner le nombre d'individus capturés, la taille et le poids de 30 individus échantillonnés, les horaires de pêche, les localisations et autres informations concernant les engins de pêche utilisés.

Ces données permettront de calculer des indices basés sur la longueur de l’espèce, son potentiel reproducteur et la pression de pêche sur l'espèce. Ces données sont essentielles pour transformer l’activité vers plus de durabilité. 

 

En parallèle de ce travail de récolte de donnée, l'équipe de Planète Mer a pu échanger avec deux scientifiques, Jeremy Prince (université de Murdoch, centre de recherche sur les poissons, les pêches et les écosystèmes aquatiques, Australie) et Adrian Hordyk (université de Colombie-Britannique, institut des océans et des pêches, Canada), tous deux spécialistes de l'évaluation et de la gestion de stocks halieutiques dits "pauvres en données". Ces échanges ont permis de discuter de leurs travaux respectifs, de partager leur expérience et valider les modèles d’évaluation envisagés par Planète Mer. A long terme, ce type de suivi pourra donner des indices d'abondance (quantité relative au nombre d’individus d’une espèce par unité de surface ou de volume) et de biomasses des stocks (poids d’un groupe d’individus) présents à l’échelle du Var. Ce suivi du rouget pourra être élargi pour récolter des informations sur les habitats, les communautés et écosystèmes, informations primordiales à prendre en compte pour mettre en œuvre l'objectif d'une pêche durable.

A termes, les suivis développés sur les espèces d'intérêts tels que l'oursin et le rouget pourront être généralisés à d’autres espèces d’intérêt halieutique dans l'objectif de fournir aux pêcheurs professionnels du Var et au CDPMEM Var des données sur l’évolution des espèces sur le territoire varois. Ce qui pourrait permettre une adaptation des pratiques en fonction de ces évolutions. Ce travail de suivi permettra ainsi de préserver la biodiversité marine tout en optimisant leur activité de pêche d'une même et unique voix : celle d’une mer en bon état écologique.

Crédit photo : GIS Posidonie